18–22.10 2017

Hisayasu Satō: divin roi du film rose

En présence d'Hisayasu Satō

Ils sont quatre à former le «pinku shitenno», «les quatre divins rois du porno». Ces rois, ce sont Kazuhiro Sano, Toshiki Satō, Takahisa Zeze et surtout Hisayasu Satō. Quatre réalisateurs nippons dédiés à un cinéma érotique facilement qualifiable d’anti-masturbatoire. Sombres, tragiques, violents, complexes, leurs films déroutent les amateurs de films pour adultes. Chef de fil du «shitenno», Satō livre un cinéma constamment empreint de critiques sociales. Après une éducation provinciale, il s’installe à Tokyo où il est profondément marqué par l’aliénation de l’individu au profit du système. Intégrant en 1985 l’univers alors morose du film érotique nippon, il y injecte ses préoccupations, décevant les amateurs de porno tout en se construisant une véritable carrière d’auteur. Celle-ci ouvre la voie aux trois autres réalisateurs (dont deux ont été ses propres assistants). Voici un maigre aperçu d’une riche filmographie de plus de soixante films!

Âge légal: 18 ans.